Trois gouvernances -trois systèmes-trois bilans –assis sur 63 années toujours en quête de meilleures repères 

Le survol du parcours historique de la République de Guinée n’offrerait-il pas une autre possibilité d’établir un parallèle entre les trois gouvernances pour mieux permettre aux Guinéens nés après la proclamation de l’indépendance nationale le 2 Octobre 1958 d’avoir des repérés, des indicateurs qui seraient mieux élaborés et indiqués pour pouvoir situer objectivement situer la part de responsabilité de chacun de ceux qui ont eu la responsabilité de nous conduire dans le chaos où baignent les populations guinéennes dont le mérite d’avoir permis à la Guinée de s’affranchir honorablement de la domination et de l’exploitation étrangères en préférant la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage devra pouvoir être enregistré dans les annales de notre histoire?

Enfant venu des profondeurs de la GUINÉE doté des valeurs traditionnelles ancestrales mieux maîtrisées et rationnellement utilisées à dessein le CAMARADE AHMED SÉKOU TOURÉ aura eu le courage exceptionnel frisant la témérité d’ouvrir le chantier des immenses travaux à entreprendre allant de la prise de conscience à l’engagement volontaire dans le combat de la libération de la Guinée face à une situation devenue insupportable au regard du calvaire des Guinéens de toutes origines confondues déterminés d’en finir avec la domination étrangère.

La rencontre du 25 Aout 1958 à l’Assemblée territoriale, à n’en pas douter, fut la rencontre de deux grands gladiateurs, les deux grands symboles mythiques du monde, l’un FLEURON DE LA PENSÉE RÉVOLUTIONNAIRE AFRICAINE, AHMED SÉKOU TOURÉ, l’autre, LE BAOBAB EUROPÉEN GÉNÉRAL CHARLES DE GAULLE, la rencontre de deux contraires dialectiquement parlant, le plus (+) et le moins (-) l’un ne pouvant exister sans l’autre et inversement l’autre sans l’un.

LE DISCOURS DU CAMARADE AHMED SÉKOU TOURÉ n’est, ni plus, ni moins adressé au GÉNÉRAL.DE GAULLE mais plutôt aux Guinéens et Guinéennes de tous bords confondus appelés à accepter l’indépendance nationale qui va, sans doute, si elle est obtenue, se gérer dans beaucoup de difficultés sur les cendres fumantes que va nous laisser en héritage la colonisation assortie d’une exploitation systématiquement de soixante années d’endurance, toutes natures confondues.
LA PREMIÈRE REMARQUE SUR LA DÉCLARATION DU CAMARADE AHMED SÉKOU TOURÉ est de
savoir et convenir qu’elle n’a pas été rédigée par lui-même, mais plutôt par un groupe de cadres tous ayant fait leurs humanités en France, y compris des Français présents en Guinée.

Pour avoir accepté de la présenter, signifie, qu’autant de la forme que du fond, il était entièrement d’accord et d’en assumer toute la paternité et la responsabilité, parceque convaincu que les retombées qui en découleraient, ne seront qu’en sa seule faveur au regard de son statut de SÉCRÉTAIRE GENERAL DU PDG-RDA.

LA DEUXIÈME REMARQUE, cette déclaration est purement et simplement politique et exclusivement destinée à la consommation des militants du PARTI et de ses alliés tous prêts pour la cause commune, l’acquisition de l’Indépendance Nationale.

LA TROISIÈME et dernière remarque, AHMED SÉKOU TOURÉ n’était pas de ceux-là qui avaient opté pour l’indépendance immédiate étant entendu que toues les conditions n’étaient pas complétement réunies et qu’à cet égard, si elle arrivait à être obtenue, les conséquences qui en résulteraient, pourraient etre lourdes à supporter. Il en a été finalement convaincu, l’opportunité ultime s’étant offerte d’une part et de l’autre, se souvenant du combat épique mené par nos Illustres HÉROS farouchement opposés à la pénétration et à la domination étrangères notamment françaises.

Le projet référendaire était plutôt en faveur du GÉNÉRAL DE GAULLE initié, conçu et à faire réaliser par lui-même et pour lui-même dans le cadre de la consolidation de son pouvoir dans une FRANCE où les Gouvernements se succédaient à la tête de l’ETAT à tous les trimestres du fait des guerres du VIETNAM et de l’Algérie entre autres.

D’un seul tour de bras, AHMED SÉKOU TOURÉ s’est référé aux conséquences terribles et meurtrières découlant de la présence française en Afrique depuis la traite négriére du XVe siècle à quelques encablures du XXIe siècle en passant par la pénétration et la domination..
Ainsi, en l’espace de SIX (6) VI siècles, l’Afrique est entièrement et totalement dépouillée et de manière systématiquement de ses 250 à 300.000.000 de ressources humaines les plus valides, l’âme méme de son avenir, en faveur de la Nouvelle Amérique, de toutes ses richesses du sol, du sous sol et aériennes la plongeant ainsi et pour des siècles dans un état de dépersonnalisation, de manque de responsabilités, de perte de conscience, de raison et d’amour, de l’esprit de solidarité bref de toutes les valeurs humaines .

La préférence de notre liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage, doit être comprise comme étant est une vue de l’esprit, comme une contribution politique de très haut niveau à l’amélioration, à l’enrichissement et la consolidation de la PENSÉE POLITIQUE UNIVERSELLE, comme enfin, une contribution de qualité et d’importance exceptionnelles de la part du
CAMARADE AHMED SKOU TOURE UN HOMME qui a compris aussi que la valeur d’un homme n’attend point le nombre des années et que, par ailleurs, qu’à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

L’Indépendance guinéenne, fruit collectif de plusieurs consciences réunies et de plusieurs années faites de multiples et divers sacrifices, devra être comprise comme un cadeau de DIEU l’ETERNEL du fait de la manière et des circonstances de son acquisition en cette année -là où les préoccupations majeures des Français s’articulaient autour des possibilités de pouvoir se doter enfin d’un gouvernement solide et stable face à une EUROPE à plusieurs enjeux.

La bénédiction aidant, nous voici indépendants le 2 OCTOBRE 1958 à la faveur du RÉFÉRENDUM conçu et réalisé loin des LEADERS politiques d’Afrique par la seule volonté d’un seul FRANÇAIS aux ambitions d’un commandement illimitées D’UN POUVOIR FORT, LE GÉNÉRAL CHARLES DE GAULLE avec une promesse de taille hélas qui ne sera pas respectée à l’endroit de la Guinée, celle de respecter la volonté de chaque pays dans la décision qu’il sera amené à prendre face à la proposition qui lui est soumise portant sur aller ou pas à l’indépendance nationale de manière libre et responsable.

Le OUI pour notre indépendance va nous conduire encore sur le chemin d’un autre calvaire de type nouveau après celui colonial. Pendant 26 longues années de l’exercice de notre Souveraineté nationale la France va mettre dans la machine nationale à conduire notre indépendance, les bâtons, causes principales du bilan douloureux DU RÉGIME DU PRÉSIDENT AHMED SÉKOU TOURÉ.

La DEUXIÈME REPUBLIQUE sous l’AUTORITE DU GENERAL LANSANA CONTÉ, va amener la GUINÉER à sortir son corps de l’eau et permettre à chaque GUINÉEN d’entreprendre librement ce qu’il entend faire selon ses compétences intellectuelles, morales et physiques et dans les conditions qu’il veut les moyens propres aidant.

A l’image des criquets pèlerins, des armées composées de nombreux et divers corps meublées d’éléments tous engagés à vaincre l’impossible qui s’emparent de l’ensemble du territoire national, la faveur de la vitalité et du dynamisme de la décentralisation, pour apporter les meilleures graines de la réussite dans tous les secteurs de développement socio-économique du pays. Des mouvements associatifs de tous genres et des deux sexes rivalisent d’ardeur pour conférer librement plus de dynamisme à la nouvelle République porteuse de bonheur multidimensionnel.

En neuf ans d’existence de ces entités de développement durable, la Guinée s’est vue drapée de ses meilleurs costumes et de ses meilleures tenues de gala adaptés à toutes circonstances données. La fierté d’être guinéen, l’amour du prochain, la sécurité, toutes les formes d’ambiance à qui mieux mieux se bousculaient à une cadence teintée de folies de joie à nulle autre pareille.
LA TROISIÈME REPUBLIQUE gérée par PR Alpha Condé est arrivée, elle aussi avec ses marques de noblesse. il est du devoir de l’État et de toutes les bonnes volontés d’enseigner objectivement l’histoire politique guinéenne aux jeunes guinéens de ce qu’ils doivent savoir sur eux-mêmes d’abord, sur la RÉPUBLIQUE et sur la COMMUNAUTÉ nationale.

S’agissant de sa gouvernance, chacun de son côté est libre d’épiloguer de sa manière et de sa façon sur le bilan qui en est résulté et son poids sur la Guinée et les Guinéens. Somme toute il semblerait que les fruits ont dû trahir les fleurs.

Il est en tout cas à constater le malaise humain généralisé qui se serait emparé de tout le monde et d’un seul coup sur fond de difficultés majeures n’épargnant personne, créant ainsi un climat de méfiance, de sentiments de rejet, de culpabilité, de jalousie, de repli identitaire, le tout aggravé par la politisation généralisée mettant dos à dos les communautés, les citoyens et surtout les nombreuses promesses inondant tout le territoire national ténues par les Autorités qui gèrent le pays et qui tardent à se voir réalisées.

EXCELLENCE HONORABLE PR ALPHA CONDÉ, c’est à vous et à vous seul de prendre la température sociale qui prévaut actuellement dans le pays et dont il faut craindre les méfaits qui pourraient être de nature à provoquer le désordre de tous genres à travers le territoire national surtout en cette période hivernale avec ses conséquences porteuses de maladies infectieuses.

Honorable Elh Sékou Béka Bangoura
Dapompa Commune de Matoto
Contact : 625 31 82 97

Loupeguinee.com onetopic84@gmail.com 00224664379620