Loupe-confidence : le calvaire de M’Balou Fatoumata dans son foyer

Je me nomme M’Balou Fatoumata Gassama, je suis mariée en 2016 mère d’un enfant et diplômée en Géo-mine ( licence).
Depuis 3 ans de cela je vis avec ma belle famille. Mon mari est allé à l’étranger. Et depuis qu’il est parti, les choses sont compliquées pour moi dans ma belle famille .
Depuis qu’il est parti , je suis devenue esclave dans ma belle famille. Je vis avec ma belle-mère le frère de mon mari et sa femme. Ma belle mère a partagé les tâches ménagères entre la femme du frère de mon mari et moi. Elle me dit que c’est moi qui cuisine du lundi au samedi.
Laver les bols, les chambres, nettoyer la cour. Je n’ai pas de repos. Je ne mange pas bien même si j’ai l’envie. Je ne dors pas bien. Personne ne joue avec moi. Je suis seule.
Par contre, la femme du grand frère de mon mari ne cuisine que les dimanches, elle ne lave ni la maison ni les bols à plus forte raison balayer la cour, parce elle est de la même famille que son mari ( cousine).
À chaque mois , mon mari m’envoi une somme de 100.000 gnf pour mes besoins et cette somme ne me suffit à rien. Le pire est que cette somme ne vient pas directement dans mon compte. Je reçois l’argent à travers son grand frère. Et il me donne cette somme quand il veut. Je n’ose pas réclamer.

ce n’est vraiment pas facile pour moi de digérer tout ça. Ce qui me fait plus mal, ce que mon mari n’arrive pas à me comprendre. Quand je l’appelle, il n’accepte pas que j’évoque le cas de sa famille. D’ailleurs, chose qui l’irrite souvent contre moi jusqu’à me coupant la parole pendant des mois.
À chaque fois que j’essaie de l’expliquer il crée des histoires unitiles entre nous. Actuellement, ça ne va pas du tout entre mon mari et moi. Il ne ressent aucun sentiment pour moi.
Je souffre, je souffre, vraiment je souffre avec ma belle famille et mon mari mais, je ne veux pas quitter mon foyer pour deux raisons. La première, à cause de ma maman. Je ne veux me retourner là-bas devant ses coépouses. Vous et moi connaissons bien les familles polygames.
La deuxième raison, à cause de mon enfant, je ne veux pas qu’il grandit sans moi dans cette famille . Nous connaissons tous le sort d’un enfant qui grandit après le force des parents.
Chers tous , voilà ce que je suis en train de vivre en ce moment. Mais , je sais certains ne vont pas me comprendre.

Djiwo Bah 00224664379620