Les confidences d’un compagnon de lutte politique du pr Alpha Condé

MES CHERS COMPATRIOTES.

Par devoir et amitié, j’ai décidé, en toute liberté, non pas de vous faire la biographie de l’HONORABLE SIRADIO DIALLO FONDATEUR de L’U P R n’en ayant aucune compétence, mais plutôt de partager avec vous toutes les marques de reconnaissance, de gratitude et de haute considération doublée d’admiration secrète qu’il déclinait à l’endroit du GÉNÉRAL LANSANA CONTÉ.

Les deux personnalités, aujourd’hui rappelées à DIEU l’ETERNEL, ont dû, à la mesure de leurs moyens, chacune à sa manière, de leurs fonctions respectives, apporter leurs contributions de qualité exceptionnelle à l’amélioration des conditions de vie des populations guinéennes auxquelles elles étaient, toutes deux, profondément attachées.
Mes relations avec HONORABLE SIRADIO DIALLO ont pour origine l’Assemblée nationale où nous nous sommes retrouvés en 1995 comme députés lui venant de son UPR et moi du PUP du Pr Général Lansana Conté. Par honnêteté morale et intellectuelle, j’avoue que HONORABLE SIRADIO DIALLO n’avait aucun préjugé, aucune arrière pensée, aucun aprioris sur moi.

Par contre, moi, ma tête était bourrée de mille et une choses sur l’homme et contre l’homme,toutes désagréables, puantes, sur la base de ce qui nous a été enseigné sur l’esprit satanique, criminel, machiavélique de l’homme contre son pays, sa mère patrie, la terre de ses ancêtres, par les plus Hautes AUTORITÉS Guinéennes de la première République, le tout ayant été corroboré par la présence physique de SIRADIO DIALLO FONDATEUR à bord d’un des bateaux portugais pleins de mercenaires venus nous bombarder le 22 Novembre 1970.

La condamnation de SIRADIO DIALLO par contumace à la peine capitale avec plusieurs autres guinéens, a réduit l’homme, bien que loin de la Guinée, en poussière. A la faveur de la prise du pouvoir par l’armée nationale guinéenne le 3 Avril 1984, SIRADIO DIALLO rejoint le pays natal en compagnie d’autres compatriotes, et ont tous bénéficié de la grâce présidentielle et réinstallés dans leur dignité d’homme.

En 1992, SIRADIO DIALLO crée son parti politique UPR et se lance dans la conquête du pouvoir conformément aux lois de la République.
En 1993, il prend part à l’image de plusieurs autres frères à la présidentielle que remporte GÉNÉRAL LANSANA CONTÉ, presque plébiscité par le peuple

reconnaissant de Guinée..
En 1995 , SIRADIO DIALLO est élu député à l’Assemblée nationale au compte de son parti politique.

En moins d’un an de collaboration et de frottements parlementaires, HONORABLE SIRADIO DIALLO se fait découvrir et présenter toute sa véritable face humaine et finir par s’imposer à tout le monde comme une référence, une icone de dimension internationale de par l’immensité, la densité et l’universalité de ses savoirs.

Homme humble, profondément humain, homme doté d’une culture générale vaste et bien maitrisée, homme respectueux, courtois, parlant très peu pour dire de très grandes choses, bref homme fait et modelé par tant de services fondés sur la maitrise de la profession journalistique, HONORABLE SIRADIO DIALLO ET JEUNE AFRIQUE se sont fondus et confondus pour finalement devenir CUL ET CULOTTE.

A l’Assemblée nationale, HONORABLE SIRADIO DIALLO a enseigné ce qu’il avait à enseigner et a fait apprendre ce qu’il devait faire apprendre dans un effacement gênant fait entièrement de courtoisie à la Peulh.

Avant de découvrir totalement l’homme à travers la noblesse de ses actes et la grandeur de son âme, au cours d’une de nos plénières, le Président de l’Assemblée nationale ELH Boubacar Biro Diallo,a donné la parole à l’HONORABLE SIRADIO DIALLO pour le compte rendu d’une mission effectuée à l’étranger, du fait que je n’en étais pas au parfum, je me suis carrément opposé à ce compte rendu autrement dit à la prise de parole de l’HONORABLE SIRADIO DIALLO, ce qui fut accepté par la majorité des députés de la mouvance présidentielle.

Après les explications sur les raisons de cette mission essentiellement portée sur les émoluments des HONORABLES DÉPUTÉS, par ELH Boubacar Biro, j’ai difficilement pu dissimuler toute ma honte, ma gène fruit d’une certaine forme de démagogie politique en faveur de la majorité présidentielle.
A l’Assemblée nationale, j’étais un véritable animateur, chahutant tout le monde, taquinant tout le monde surtout mes collègues de l’opposition démocratique parlementaire dans une éloquence sciemment élaborée pour écraser le poids des séances plénières, souvent pleines d’ennuis.

A l’Assemblée nationale, HONORABLE SIRADIO DIALLO et moi, nous nous sommes découverts à travers nos manières de faire, de nous comporter loin de la politique politicienne pour devenir finalement des amis et frères tous animés de la farouche volonté d’apporter au pays une plus value, une valeur ajoutée dans tous les domaines. C’est dans ces circonstances exceptionnelles que mon Doyen , frère et ami, HONORABLE SIRADIO DIALLO m’a ouvert son cœur pour me parler de lui d’abord ensuite d’autres choses plus importantes, plus précieuses et bénéfiques pour le pays sur la base de ses savoirs à la fois multiples, immenses et divers.

Il m’a dit avoir fréquenté tous les palais de ce monde, les résidences officielles abritant les plus hautes et prestigieuses Autorités de ce monde, grâce à JEUNE AFRIQUE, un média qui a eu le privilège et le bonheur de visiter le monde entier, un média où il a été rédacteur en chef.

HONORABLE SIRADIO DIALLO m’a également rassuré d’avoir savouré tous les délices de ce monde ici-bas, noué des relations nombreuses et variées. Rien, absolument rien ne lui aurait manqué, sinon sa patrie, son pays natal, la terre sacrée de ses ancêtres.

Il m’a décrit dans les moindres détails les peines liées à l’exil forcé. Toutes les fois qu’il devait se rendre à Dakar, la première question qu’il posait était de savoir si l’avion à emprunter ne survolerait pas l’espace aérien guinéen, de peur de voir l’avion obligé d’atterrir à Conakry pour raison de panne technique.

HONORABLE SIRADIO DIALLO m’a par ailleurs affirmé que toutes les fois qu’il lui arrivait de se rappeler des souffrances physiques et morales endurées lors de son exil, il se rappellera toujours du Général Lansana Conté qui lui a offert gratuitement l’opportunité de se retrouver finalement dans son pays librement.
Au terme d’une de nos plénières, un jour, HONORABLE SIRADIO DIALLO m’a fait l’amitié et le plaisir de m’inviter à sa résidence personnelle sise à Lansébougny qu’il venait d’acheter des mains d’un Libanais Monsieur HELLOU que le hasard du service m’a fait connaitre à SIGUIRI pendant la première République.

L’objet de cette invitation que j’ai acceptée avec plaisir, était pour me charger d’une mission spéciale et discrète auprès du GÉNÉRAL LANSANA CONTÉ à qui il se devait moralement obligée de transmettre toute sa gratitude, sa reconnaissance infinie pour le plus grand et historique acte qu’il a posé en les faisant retourner sans conditions dans leur pays en les réhabilitant en même temps.

HONORABLE SIRADIO DIALLO, contrairement à leurs premières impressions, a trouvé en CONTE, Président de la République, toutes les qualités humaines notamment la sérénité, la forte concentration, la patience, l’amour pour les compatriotes, l’esprit de solidarité et de justice, la grande écoute et les conseils, la fidélité dans ses relations humaines, bref, les qualités idoines nécessaires pour la conduite des destinées d’une Nation, etc..

La réponse du GÉNÉRAL LANSANA CONTÉ après la transmission du message par moi, a été des plus sages et plein d’humanisme, en reconnaissant lui aussi, avoir trouvé en SIRADIO DIALLO beaucoup de qualités humaines, un homme vertueux, profondément sensible à l’avenir du pays. Il s’est réjoui au-delà de la qualité de l’éducation familiale dont SIRADIO a bénéficié mais sa prestance dans la mise en ouvre de la mission que JEUNE AFRIQUE lui a confiée pour le plus grand bonheur et fierté de la République de Guinée.

GÉNÉRAL LANSANA CONTÉ atteste que depuis leur retour en Guinée, HONORABLE SIRADIO DIALLO ne lui a créé aucun problème de nature à contester son Autorité, son pouvoir par rapport à certains de ses collègues OPPOSANTS qu’il a trouvés ingrats.

En révélant à l’opinion nationale, à la communauté nationale, cette confidence entre GÉNÉRAL LANSANA CONTÉ et HONORABLE SIRADIO DIALLO tous rappelés à DIEU l’ETERNEL, je retrouve la plénitude de ma liberté vis à vis de ma conscience.
PUISSENT nos compatriotes s’en référer, s’en inspirer pour le plus grand salut de la République et de la Nation entière.

Conakry 8 Juillet 2021.
HONORABLE ELHADJ SÉKOU BÉKA BANGOURA
DAPOMPA COMMUNE DE MATOTO
Contact : 664-69-50-79/625-31-82-97