Alpha Condé, à table, mange les carottes cuites associées au vin tiré que lui a servies le président de transition

A la faveur de sa toute première sortie médiatique, par le biais d’une interview radio télévisée par la RTG, accordée à la presse nationale (publique-privée) le dimanche 14 Novembre 2021, LE PRÉSIDENT DE LA TRANSITION, CHEF DE l’État, CHEF SUPRÊME DES ARMÉES, S/E COLONEL MAMADY DOUMBOUYA, met toutes les pendules à l’heure pour mieux braquer le projecteur sur le boulevard appelé à conduire son ambitieux programme national de refondation de l’État de droit dans le pays, sous l’indication de la justice qui en devient l’infaillible boussole, pour rappeler en précisant ce qui est à rappeler et à préciser la lanterne rouge de toute la communauté nationale assoiffée de bonnes informations portées sur l’ensemble des réalités concernant notre vie commune.

-l’irréversibilité de la volonté politique et la détermination du CNRD d’aller jusqu’au bout du processus au prix de tous les sacrifices humainement possibles.

-la référence à la justice comme étant la seule et unique boussole devant éclairer la conduite apaisée de la charte de la transition.

-la mise en place de tous les organes jugés efficaces et utiles avec les éléments appelés à leur meilleure fonctionnalité triés sur le volet.

-la mise à disposition des ressources tous azimuts nécessaires et indispensables à la réalisation dans un délai raisonnable du programme de refondation de l’État de droit.
-le rappel à l’existence réelle, sûre et effective de la Souveraineté nationale qui entend davantage s’affirmer mieux que cela ne l’a jamais été auparavant, sur la scène internationale, toujours fière des conditions exceptionnelles qui l’ont accouchée.

-la disponibilité de la République à respecter et à faire respecter tous les engagements et accords librement signés mutuellement avantageux.

-procéder à l’assainissement systématique physique et moral porté sur l’environnement naturel qui demeure le cadre de vie contenant toute la communauté nationale dans sa diversité, culturelle et le milieu social apaisée.

-pas la moindre intention stupide de nature à vouloir régler les comptes entre le pouvoir central et certains citoyens, encore moins les citoyens les uns contre les autres.

-tout citoyen convaincu d’avoir des problèmes avec l’Etat ne sera jugé qu’en Guinée ici et non jamais ailleurs, la Guinée n’ayant aucun ordre à recevoir de qui que ce soit.

-la Guinée convaincue de vivre sur l’ensemble du territoire national, dans la paix, la concorde, la convivialité, la solidarité dans la plénitude de tous ses droits humains et naturels, ne pense pas, ne rêve pas d’avoir besoin de quoique ce soit venant de l’extérieur pour la gestion de son unité tirant ses racines des profondeurs de son histoire constituant le patrimoine commun à défendre au prix du sang. Qu’a ses dépens, chacun n’a qu’à rester tranquille chez soi.

-la Guinée, dans la gestion avec responsabilité de sa souveraineté partout ailleurs, n’a rien à négocier avec qui que ce soit, encore moins accepter le principe de deux poids deux mesures. Dans ce qui précède, tout Guinéen est appelé à y prendre avec beaucoup de responsabilité, ce qui le concerne sans fausse prétention d’être capable de nuire ni à un citoyen, ni à sa communauté encore moins à la chose vénérée, LA RÉPUBLIQUE, LA NATION.

Mon cher grand frère Alpha Condé, ce n’est pas en ce moment de détresses que j’aurai le courage de t’abandonner de façon spectaculaire, mais peut être de te rafraîchir un peu la mémoire au moment dans la plénitude de ton pouvoir, un pouvoir te poussant dans l’ivresse au point de te faire perdre à la fois la raison et la conscience sans lesquelles l »Homme n’est rien, pour t’annoncer que la radio RFI, l’une des plus écoutées du monde a porté un démenti par le biais de ALAIN FOKKA, sur ta déclaration sinon d’un de tes militants ou sympathisants selon laquelle, c’est bien toi qui a fait rentrer au pays Colonel Mamady Doumbouya.

Ce dernier répondant à la question de ALAIN FOKKA, affirme avoir été piqué par le virus d’amour pour sa patrie le poussant au retour au pays natal après tant d’années d’absence et que, par ailleurs, durant sa présence en Guinée, vous ne vous êtes rencontrés que par deux fois, la première étant en octobre 2018 à l’occasion de la célébration de la fête anniversaire de l’indépendance nationale.
L’heure n’est plus aux mensonges !

Mon cher frère Alpha Condé, désormais, tu es situé sur ton sort, ton destin est dans les mains de la justice guinéenne, en attendant la suite réservée au FNDC qui meurt d’envie de te voir devant la CPI au regard des crimes perpétrés pendant ta mandature.

Depuis trois mois, une poignée d’Institutions internationales appuyées également d’une poignée d’amis assumant les plus hautes fonctions dans leurs pays, n’ont eu de cesse de t’abreuver d’illusions et de mensonges cousus de fil blanc en te faisant miroiter l’espoir de te faire libérer sans condition et te faire parachuter dans un pays de ta convenance à défaut de te ramener dans ton fauteuil roulant de Président de la République.

CONAKRY LE 16 NOVEMBRE 2021.
HONORABLE ELHADJ SEKOU BEKA BANGOURA
QUARTIER DAPOMPA COMMUNE DE MATOTO
CONTACTS : 664-69-50-79/625-31-82-97